Togo : 41% de filles mineures se retrouvent dans un foyer

Au Togo, le mariage des enfants est une triste réalité que malheureusement beaucoup semblent occulter. De récentes études indiquent que 41% d’adolescentes (moins de 18 ans) se retrouvent dans un foyer.

Face à cela, il a été initié « Agir pour l’Abandon des Mariages d’Enfants (AAME). Le bilan à mi-parcours du projet montre que ce phénomène a la peau dure. Des plaidoyers sont alors lancés par les initiateurs pour parvenir aux résultats escomptés.

Le projet AAME a été initié par les membres du consortium Synergie d’Actions pour une lutte plus efficace contre le mariage précoce d‘adolescentes.

Il est exécuté par Wildaf-Togo et l’Ong Famme. Les bénéficiaires sont les localités de Tchanaga, Takpamba dans l’Oti et Kri-Kri dans Tchamba.

Mariage des mineures : Les donnés dans plusieurs localités

Les premières données après un an révèlent qu’à Kri-Kri Krikri le taux de prévalence des mariages des enfants est de 24% et que 0% de la population notamment les femmes ne connaissent pas leurs droits à la santé sexuelle et reproductive.

A Tchanaga, le taux de mariage précoce est de 45% dans les zones cibles du projet. Dans ces localités, on remarque que les femmes n’ont pas le droit de se rendre dans les centres de planification familiale sans l’autorisation de leur mari. Ce qui constitue une violence connexe au DSSR.

A Takpamba c’est pire. Les initiateurs du projet ont dénombré plus de 80% du taux de prévalence des mariages d’enfants.

« … Ce qui a encore été plus avéré lorsqu’on a eu à faire le suivi en décembre dernier dans cette localité où, lorsqu’on était en pleine activité, on a observé que plusieurs jeunes filles de 15, 16, 17 ans avaient déjà des enfants dans le dos », a ajouté Mme Aziabou.

Vérifier aussi

Coupure de Courant CEET

Coupure Electrique au Togo : Voici les zones, les dates et les heures où le courant sera coupé

Depuis quelques jours, les habitants du Togo sont confrontés à un défi majeur : La …

Votre devise