Fête du travail 2024 : Gilbert Bawara discute avec les travailleurs et le Patronat

La Fête du Travail ou Journée internationale des travailleurs a été observée de diverses manières mercredi au Togo. Cette année, il n’y a pas eu de cérémonie officielle de remise de cahiers de doléances au gouvernement. En lieu et place, les responsables des centrales syndicales ont organisé une réjouissance à laquelle ont pris part le patronat et Gilbert Bawara, ministre de la fonction publique, également en charge du travail.

Le Togo vient à peine d’organiser des élections législatives et régionales. L’actualité politique n’a pas permis d’organiser la traditionnelle cérémonie officielle de présentation de cahiers de doléances aux autorités à l’occasion de la Fête du travail. Une activité organisée par les centrales syndicales a permis de sauver les meubles.

Pour Gilbert Bawara, il est question d’innover avec une célébration de la Fête du travail en deux phases. Pour lui, il est question de permettre aux laborieux travailleurs togolais d’organiser des activités de réjouissance pour que dans les prochaines semaines des concertations puissent avoir lieu

« Nous n’allons pas nous livrer à des discours, nous avons voulu laisser les travailleurs togolais fêter convenablement et dans les jours ou semaines qui viennent, nous allons nous retrouver ensemble, le gouvernement avec les ministères concernés, les institutions concernées, les organisations syndicales des travailleurs, les organisations professionnelles des employeurs, pour voir comment nous allons continuer dans un esprit de dialogue et de concertation à aborder les grands défis et grands enjeux, notamment le déploiement et la mise en œuvre de l’Assurance maladie universelle (AMU), devenue effective depuis le 1er avril », a expliqué M. Bawara.

Echanges entre Gilbert Bawara et les partenaires sociaux

Au sujet de l’assurance maladie universelle précisément, l’officiel estime qu’il est nécessaire de voir comment les choses se passent sur le terrain, de tirer des enseignements pour envisager des ajustements, des améliorations et des accélérations.

De son côté, Vissikou Sénouvo, porte-parole de la Coordination des centrales syndicales du Togo (CCST) a indiqué que plutôt qu’une innovation, l’activité du 1er mai 2024 est une adaptation à la circonstance.

« Nous avons un cahier de doléances que nous entendions présenter au gouvernement et au patronat. Mais nous n’avons pas la disponibilité du gouvernement, pour des raisons politiques du moment, et ça se comprend », a-t-il dit.

M. Sénouvo a relevé des préoccupations liées à l’assurance maladie universelle, à l’effectivité et libération du dialogue social, au pacte national de stabilité social. Sans oublier le cadre des activités syndicales, les inondations, les incendies des marchés, notamment…

Vérifier aussi

Coupure de Courant CEET

Coupure Electrique au Togo : Voici les zones, les dates et les heures où le courant sera coupé

Depuis quelques jours, les habitants du Togo sont confrontés à un défi majeur : La …

Votre devise